Le patrimoine humain sous les projecteurs

Signe des temps, depuis 2008, Les Nations Unies ont recommandé la prise en compte dans le calcul du PIB des actifs immatériels comme les coûts de recherche et de développement. Après l’Australie et le Canada, le PNB américain a ainsi été revu à l’été 2013 et l’Europe le fera en 2014. Car la valeur d’une entreprise ne peut se résumer à sa valeur financière présentée uniquement sous l’angle des actifs matériels ou des résultats comptables. L’ouvrage « Patrimoine humain de l’entreprise et compétitivité » publié par des Ilots de Résistance et dirigé par Yves Barou avec le soutien du cercle des DRH européens, propose une série d’articles pour éclairer ce qui se cache derrière ce concept et en particulier la qualité du personnel, ses compétences, sa créativité. 

La création de valeur « venue du bas »

Véronique Rouzaud, DRH d’Areva depuis fin 2012 se demande comment on peut mesurer la valeur d’une organisation humaine. « Il faut d’abord accepter qu’une grande part de la valeur immatérielle ne sera jamais parfaitement mesurée (la beauté d’un objet, l’amitié qui lie deux directeurs, …). Il faut alors se motiver pour raconter l’histoire de l’entreprise de façon plus efficace. En France, les entreprises du CAC 40 fournissent peu d’informations quand au nombre de postes qu’elles créent, leurs initiatives citoyennes le plus souvent à travers des fondations, leurs procédures de définition de la rémunération des dirigeants, … » Si on prend le cas d’Areva, le capital immatériel doit permettre de relever les défis que rencontre le groupe comme l’achèvement des projets en cours dans un environnement de plus en plus compétitif comme celui de la Chine. Il doit aussi pouvoir redonner un but, des points de repères, et une orientation à des salariés troublés par les conséquences de Fukushima. Le principal enjeu humain est le remplacement de dizaine de milliers d’emplois dans la décennie à venir, ce qui implique une meilleure planification de la mobilité, des transferts de connaissance et de la formation. 

Pour Véronique Rouzaud, une bonne gouvernance implique surtout la reconnaissance des personnes qui incarnent le capital immatériel : les fondateurs, les dirigeants, les actionnaires, les salariés, les clients, les fournisseurs, les concurrents, les gouvernements/régions, la société civile, … La détermination d’une dette de l’entreprise envers les gens qui définissent sa propre personnalité engendre une nouvelle responsabilité pour elle et la reconnaissance des contribution réelles à son développement. « Cela passe en particulier par une nouvelle vision qui prend en compte la création de valeur « venue du bas » et tire profit de l’identité et des contribution des individus, en activant leur énergie et leurs compétences. »

Analyser ses actifs immatériels

Pour Jérôme Julia, directeur chez Kea & Partners et membre du bureau de l’Observatoire Immatériel, le patrimoine immatériel est une source d’énergie renouvelable pour les entreprises. Le cabinet de conseil Kea & Partners a commencé ses recherches sur les actifs immatériels en 2009. Ce qui l’a conduit à découvrir les liens entre le patrimoine immatériel de l’entreprise et sa capacité de développement compétitif. « Ce qu’il est particulièrement important de comprendre est ce que vos clients et vos collègues achètent n’est pas vraiment le produit que vous vendez mais pourquoi vous le vendez. Et ce pourquoi est très chargé émotionnellement car il est lié aux convictions et sentiments personnels de ceux qui vont acheter à votre entreprise parce qu’il convient à leur perception d’eux-mêmes et à leur place dans le monde. »

Un exemple possible est le destin croisé de deux fabricants d’appareil photo Leica et Kodak. Kodak, leader mondial du secteur et marque emblématique, a disparu parce qu’elle n’a pas su comprendre que ce qu’elle produisait réellement n’était pas de la pellicule argentique mais l’histoire, la mémoire et les joies de famille aux Etats-Unis. A l’inverse Leica a su exploiter son image haut de gamme, la forte identité d’entreprise dont elle jouissait et sa capacité d’innovation pour rebondir sur le marché du numérique.

Jérôme Julia en déduit que les entreprises européennes doivent redécouvrir et développer leur singularité et que l’Europe a besoin d’inventer une nouvelle économie. Il pousse les entreprises à faire une analyse complète et simultanée de leurs actifs immatériels. « Les actifs immatériels peuvent être identifiés selon quatre critères : sont-ils rares , distinctifs, concurrentiels ou durables ? »

Créer un rapport intégré

Dans la préface de l’ouvrage, Nicole Notat, la fondatrice et présidente de Vigéo SAS, évoque l’initiative d’une coalition d’investisseurs et d’entreprises qui œuvrent au niveau international pour la publication d’un rapport intégré qui ne doit pas substituer à toutes obligations de reporting que les entreprises doivent fournir (documents comptables, rapport de gestion, document de référence selon les normes du pays en question. « Ce document de synthèse simple et lisible chercherait à capter ce qui est essentiel et donnerait de la cohérence au projet et à la stratégie de l’entreprise. Il donnerait en particulier des informations sur l’actif futur en considérant que ce dernier réside dans le capital social, environnemental et intellectuel de l’entreprise. »

Des entreprises pilotes s’exercent à la réalisation d’un tel rapport sur la base de quelques lignes directrices communes. « Ces expériences visent à mettre en lumière le capital financier et les actifs matériels de l’entreprise mais aussi des arguments liés au projet stratégique, à son patrimoine humain, et au capital intellectuel en y intégrant des questions d’innovation, de recherche, de développement et d’intelligence collective – c’est à dire l’ADN de l’entreprise, en même temps que son capital naturel. » Cette coalition qui répond au nom d’IIRC, a mis en discussion un document de consultationCouv Patrimoine humain ouvert à tout le monde qui devrait déboucher à la fin de l’année 2014 sur la création du cadre de référence, expérimenté par les entreprises pilote, du futur rapport intégré.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s