Faire un MBA n’est pas la solution miracle

Mariana Zanetti, coach de carrière, observe depuis plusieurs années, l’impact de la réussite professionnelle sur le bien-être des individus. « Ma conclusion est que l’insatisfaction due à un manque de revenus ou d’épanouissement professionnel a un impact aussi négatif sur le bonheur qu’une réussite professionnelle qui se fait aux dépens de la satisfaction personnelle. J’ai donc focalisé mon énergie dans le but de réussir à la fois ma carrière et ma vie.  » Ce n’est pas toujours facile. Elle a fait par exemple un MBA qui lui a coûté beaucoup d’argent. « Je pense que c’était une erreur monumentale ! Et pourtant, vous n’entendrez jamais des diplômés de MBA affirmer que leur MBA n’a pas été rentable. » S’inspirant de son expérience, elle a publié récemment chez Maxima « Le MBA est-il un investissement rentable ? Ce que les écoles de commerce ne vous disent pas… » Ce livre invite tout aspirant à se poser les bonnes questions avant de s’engager dans un investissement conséquent. Et il décrit d’une façon claire les doutes et les frustrations que beaucoup éprouvent pendant et après leur MBA.

Un MBA en pure perte

Son objectif de vie a toujours été d’être à côté de son mari mais avec l’envie de réussir par elle-même. Elle l’a suivi sur toute la planète sans laisser au vestiaire son ambition. « A 25 ans, en Argentine, j’étais chef de produit chez Shell. Mon mari a été muté en Espagne. J’ai cherché une stratégie pour augmenter ma possibilité de retrouver du travail en Espagne. Et j’ai fait un MBA à IE Business School à Madrid qui est une très bonne école. Mais je l’ai fait en pure perte. Si quelques années plus tard, j’ai atteint tous les objectifs que je m’étais fixés : une expérience internationale réussie et des postes de management bien payés dans des multinationales leaders, ce n’est pas à cause de mon MBA. » Elle a partagé les couloirs de la business school avec des gens qui, comme elle, avaient mis beaucoup d’espoir dans l’avenir en faisant un MBA. « Par exemple, un jeune père qui avait investi toutes ses économies, ou des gens qui, comme moi, avaient demandé un emprunt pour pouvoir se l’offrir. » Au final, son MBA lui a demandé un effort extraordinaire, financier et personnel, et son impact sur sa qualité de vie a été plutôt négatif. « J’ai même calculé le retour de l’investissement de mon MBA avec les techniques que j’ai apprises dans mes cours de finance. Le résultat était, à ma surprise, négatif. Un MBA n’est pas rentable. C’est simplement un joli certificat qui coûte très cher. »

 Le retour sur investissement

La plupart des candidats de MBA n’évaluent pas correctement le Retour d’Investissement de leur formation (ROI). Beaucoup d’entre eux prennent pour acquis qu’ils obtiendront des salaires élevés, comme si les salaires moyens publiés par l’école de commerce sont garantis. Ils ne le sont pas et les données statistiques peuvent être facilement manipulées. « Pour analyser le ROI de votre investissement dans un MBA, vous devez calculer la valeur des frais de scolarité du programme dans le temps y compris le risque de ne pas trouver un bon travail et de ne pas réaliser vos attentes par rapport au salaire. De plus, vous ne devez pas oublier que vous n’auriez pas eu une carrière statique si vous n’aviez pas obtenu de MBA. Votre salaire aurait augmenté de toutes façons comme conséquence de l’évolution naturelle de votre carrière. N’importe quel investissement devrait être évalué en comparaison avec son alternative ; vous devez donc seulement prendre en compte l’augmentation de revenu différentielle que vous attendez comme résultat exclusif de la réussite du programme de MBA

La vie ne s’arrête pas au travail

Ce qui compte, aux yeux de Marianna, est de bien analyser le marché de l’emploi, de comprendre ce que veulent les entreprises, de se recentrer sur ses propres besoins, de se former en conséquence –  les livres sont un merveilleux moyen de le faire – et de savoir se vendre. Qu’ai je à proposer à un employeur ? « Les besoins des entreprises sont divers et périssables. Il faut être à l’écoute du marché et anticiper. Avoir un joli CV est une chose mais répondre aux besoins spécifiques des entreprises en est une autre. » Pour elle, la vie ne s’arrête pas au travail « Je n’ai jamais été ambitieuse au détriment de ma vie personnelle. Contrairement aux hommes qui se confrontent rarement à cette réflexion et qui oublient d’aligner leur carrière pour réussir leur vie. » Elle préconise donc de changer sa façon de concevoir son emploi et sa carrière. « On n’arrête pas de vivre en dehors de son travail. Il faut vivre les deux. Si les femmes le font déjà, les hommes commencent seulement à se poser la question. Ils sont de plus en plus à vouloir réussir leur carrière sans le faire au détriment de leur vie personnelle. A vouloir se donner de l’oxygène dans leur vie sans que leur carrière en souffre. Et je reçois de nombreux mails de managers qui m’avouent ne plus vouloir se retrouver dans la machine à hacher la viande. »

Pour vous le MBA est-il un investissement trompeur ou qui en vaut le peine ? 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Faire un MBA n’est pas la solution miracle »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s