La culture locale contribue à la réussite du Bade-Wurtemberg

Et si la solution était aussi locale en matière d’emploi, de croissance, de durabilité ? Les success stories les plus brillantes des trente dernières années ont été le fait de petits pays, voire de régions et de territoires. Et si l’emplacement géographique demeure un atout, la culture locale joue un rôle essentiel et peut apporter un supplément de cohésion, de dynamisme et de performance qui fait la différence. « C’est un des facteurs qui explique le succès des entreprises du Bade-Wurtemberg », souligne Raphaël Souchier, auteur de l’ouvrage “Made In Local‘, qui anime, pour le compte de l’Union Européenne, des réseaux de coopération interrégionale.

 En France, les entreprises maltraitent leurs sous-traitants

Chez le plus proche voisin de l’Alsace, le Bade-Wurtemberg, l’absence de ressources minières et les faibles rendements agricoles sont souvent invoqués pour expliquer l’inventivité des habitants. Longtemps pauvre, c’est aujourd’hui la première région allemande par le nombre de brevets déposés. « Quel est donc le secret du succès de ces entreprises, à la fois conservatrices et innovantes, solides et d’une extrême flexibilité, profondément ancrées dans leur région, tout en réalisant 70 % de leurs bénéfices à l’export  », se demande Raphaël Souchier.

Dans cette région, il existe un tissu dense de PME enrichi de manière permanente avec l’appui des plus grosses entreprises : « En France, souligne Raphaël Souchier, les entreprises maltraitent leurs sous-traitants. En Allemagne, elles les couvent. Les meilleurs salariés sont encouragés à créer leur propre entreprise dans un rayon de 20 km, afin de constituer un système de logistique performant, essentiel pour contrer la concurrence chinoise. Les Allemands renforcent ainsi en permanence leur tissu social en renforçant la motivation et la cohésion.  »

 Le Bade-Wurtemberg a un modèle économique propre

Il était une fois trois régions au sud-ouest de l’Allemagne de l’après-guerre, le Pays de Bade, le Wurtemberg, et le Hohenzollern. C’était en 1951, et les trois petites régions, pour s’affirmer face aux Länder voisins, décidèrent de fusionner suite à un référendum pour donner naissance à un Land commun, le Bade-Wurtemberg. Aujourd’hui, le Bade-Wurtemberg est devenu le land exportateur numéro un en Allemagne. Les grandes sociétés, en particulier les grands constructeurs d’automobiles, les sous-traitants de l’industrie automobile et les entreprises de constructions mécaniques sont célèbres dans le monde entier. A côté de ces groupes phares mondialement réputés, on trouve un réseau dense de leaders mondiaux de taille moyenne dont le nom est synonyme de qualité, de fiabilité et de niveau technologique de pointe.

Septième fortune d’Allemagne, Reinhold Würth « a fait de l’entreprise de vente de vis héritée de son père le leader mondial de distribution des techniques de montage et de fixation : soixante-cinq mille salariés dans le monde réalisent 8,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires ». Pour lui, le Bade-Wurtemberg a un modèle économique propre. Il y a d’abord ce lien particulier avec les salariés. Le système de barons de la Ruhr où les patrons regardent de haut leurs salariés, n’existe pas ici.  « La hiérarchie est faible, la collaboration avec les salariés est étroite. Tout le monde parle souabe, le dialecte local, et personne ne fait de chichis ». Il y a aussi la modestie « caractéristique de cette région et la capacité pour les salariés avec un potentiel d’entrepreneur de se lancer avec le soutien de leur employeur. »

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s