Le coworking, une autre manière de travailler

Spécialiste en planning stratégique, Hanane El Jamali a longtemps conseillé de grands groupes (Véolia, Harley-Davidson, …) sur les stratégies de conquête de nouveaux territoires marketing. Aujourd’hui, elle montre la voie en matière de coworking. Elle a co-fondé en 2013 avec Anthony Gutman, Remix Coworking, une communauté ouverte de 150 personnes réunis dans trois espaces de travail à Paris. Pour la moitié, ce sont des entrepreneurs (startups, PME, solopreneurs, porteurs de projets) et pour l’autre moitié des créatifs indépendants (directeurs artistiques, webdesigners, illustrateurs, photographes, réalisateurs, scénaristes, communicants…etc…). Tous cherchent à développer leurs propres modèles de réussite, de travail et de réflexion dans un climat propice à l’inspiration.

Vision, passion et exigence

Le point focal de Remix Coworking est la communauté, dont les membres sont triés sur le volet. Le processus d’intégration dure deux mois. Moins de la moitié des postulants seulement sont acceptés ou mis en liste d’attente quand il n’y a pas de place tout de suite. Cette mini-sélection se fait sur trois critères : vision, passion et exigence. « Ce sont ces critères qui nous donnent envie de faire rentrer des gens dans cette communauté. Et l’exigence vient prendre le pas sur la notion de talents. Car la plupart du temps on ne comprend absolument rien aux nouveaux métiers qui émergent et à ce que font les gens. C’est difficile d’évaluer s’ils sont talentueux d’autant plus que la notion de compétence est de plus en plus difficile à appréhender. On se contente donc de voir s’ils sont passionnés par ce qu’ils font et quelle exigence ils ont vis à vis d’eux-mêmes. » soulign Hanane El Jamali, intervenante à la Journée de la Femme Digitale.

C’est la personnalité qui compte

Chez Remix, on rencontre des profils atypiques, du web ou d’ailleurs et c’est ça qui en fait la richesse. Dans l’espace partenaire de l’incubateur HEC, la plus jeune coworkeuse a 20 ans, le plus âgé 65. Sélectionnés sur leur vision et leurs passions, les coworkers forment une véritable communauté d’autodidactes ou de sur-diplômés : ce qui compte ici, c’est la personnalité, pas le CV. « La richesse vient des gens qui arrivent à développer leur personnalité, leur force et à montrer leurs failles en toute confiance », note Hanane El Jamali, cofondatrice de Remix Coworking dont l’ambition est de construire une communauté de 5000 coworkers en France.

Bienveillance et décloisonnement

Le co-working est né en 2005 à San Francisco en réaction à la virtualisation des relations et la déshumanisation des rapports humains. Des gens très impliqués dans digital ont eu envie de se rassembler au sein de communautés où serait valorisé le développement des liens. « Les valeurs sont un élément important au sein du coworking, précise Hanane El Jamali. Chez Remix, on en a développé deux. La première peut apparaître super désuète et s’appelle la bienveillance – on a envie que ça fonctionne pour l’autre aussi bien que pour soi. La seconde valeur, le décloisonnement, fait qu’on arrête de se rassembler entre gens qui font les mêmes études, le même métier et qui pensent de la même façon. Ces choses ne se font pas de manière naturelle. C’est un travail de longue haleine et il ne suffit pas de décréter qu’on a des valeurs. Il faut être extrêmement actif pour les mettre en place car le naturel revient vite au galop. Même si nous ne sommes pas dans un univers composé de salariés qui doivent impérativement rentrer dans un cadre de valeurs défini par l’entreprise. »

Devenir générateur de liens

Chez Remix Coworking, on compte deux personnes pour 150 coworkers qui passent leur journée à créer ce lien et à rendre concrets les notions de bienveillance et de décloisonnement. Pour Hanane El Jamili, on est en train d’inventer un nouveau métier : « Ces personnes sont des superconnecteurs, un métier qui n’existe pas encore. Ils agissent de telle sorte que chacun devient générateur de liens et se transforme en community manager au service de la communauté. » Valorisation de l’écoute, connaissance des membres et de leurs besoins sont les pré-requis pour ensuite créer les liens qui vont aider et servir la communauté. Aujourd’hui, de plus en plus de grandes entreprises se tournent vers le coworking pour booster la créativité de leurs employés « Le pari qu’on fait pour demain est que toutes les entreprise seront dans des communautés de coworking. C’est déjà une tendance lourde aux USA où des sociétés comme Microsoft, American Express, Merck, sont en train de mettre leurs employés dans des espaces qu’ils ont choisi. On fait le pari que ce sera bénéfique pour le monde du travail de demain. »

Pensez-vous que les entreprises françaises sont mûres pour passer au coworking ?

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s