Et si l’entreprise était totalement responsable !

« Il est temps, que l’entreprise se sente responsable de ce qu’elle crée – le bon comme le moins bon – aujourd’hui et pour les générations à venir », souligne Stéphane Drouet, ancien consultant d’Accenture et fondateur d’Arquantis. Concepteur de modèles quantiques de développement pour l’individu et  l’entreprise, il propose dix principes de fonctionnement sur lesquels peut s’appuyer une organisation pour créer une réalité basée sur l’évolution des hommes et pas seulement sur la croissance économique.

  1. Le patrimoine informationnel : L’entreprise est à l’image du corps humain. C’est un système unique composé d’organes et de cellules à travers ses services et ses collaborateurs. Ce système est un vaste champ d’émotions, d’idées, de valeurs, de croyances…Ce champ informationnel résonne en son sein sur des longueurs d’onde cohérentes afin d’optimiser son potentiel de croissance. Il est en résonance lui-même avec un autre champ d’informations plus vaste, celui des besoins collectifs du monde pour assurer sa pérennité.
  2. La créativité : L’entreprise crée un monde à hauteur de ses croyances et de sa vision. La vision du monde, les perceptions de chaque collaborateur sont une richesse à mettre en commun pour le développement de la société. Chaque entreprise est un extrait de conscience de l’humanité future et chaque produit créé porte en lui la création d’un nouveau monde. Chacun devient alors responsable du fait de ses créations du monde qu’il veut créer demain.
  3. La complémentarité : Toute performance au sein de l’entreprise est composite et interdépendante à la recherche de l’équilibre optimal. Une entreprise perdure tant qu’elle donne envie à ses clients et ses partenaires de travailler avec elle. Un bon manager le reste tant qu’il y a des gens qui veulent travailler avec lui et pour lui. Un bon manager ne le reste que s’il maintient une équipe performante composée de talents complémentaires.
  4. L’équilibre : L’entreprise est un système dynamique sans cesse en évolution, où chacun assure à tour de rôle l’équilibre du système en fonction de ses aléas (départs, entrée, surchauffe, maladies, accidents, démotivation, non qualité, dégradation du climat social, baisse du carnet de commande). Une entreprise reste en équilibre tant qu’elle honore les besoins de ses clients internes et externes, et est honorée en retour.
  5. La résonance : Une entreprise va attirer à elle aléas et événements qui vont lui permettre de continuer à valoriser ses clients, honorer sa raison d’être et ainsi conserver son équilibre.
  6. L’hologramme : La vie de l’entreprise est à l’image d’un hologramme. Elle attire des clients internes et externes qui lui ressemblent. Ses performances et ses ambitions sont à l’image des croyances de ses dirigeants.
  7. La vision : L’entreprise choisit une vision du monde et sa contribution à cette vision. Elle constitue sa mission à réaliser. Le profit et la pérennité de l’entreprise sont le résultat du respect de sa vision et de sa contribution pas un but.
  8. Le sens caché : Chaque expérience, dépression ou croissance, a un sens et est utile car elle peut la faire croitre. Tout ce qu’elle vit a un sens. Tout ce qui arrive à l’entreprise est l’occasion de se remettre en question : revoir sa vision, ses missions, son potentiel de créativité. Tous les défis qu’elle affronte lui permettent de répondre en permanence aux besoins d’évolution interne et externe de manière synchrone et adéquate.
  9. Le mouvement : Le mouvement est partout dans le contexte de l’entreprise. L’entreprise performante est en veille permanente autour du respect de sa vision et de sa contribution première. Les périodes de restrictions partagées par tous sont nécessaires dans une entreprise si elles lui permettent de se réajuster sur une nouvelle vision plus pertinente et de revisiter des processus internes pour mieux les aligner sur la nouvelle vision.
  10. L’évolution : Tous les processus de l’entreprise sont orientés vers la production d’intelligence : nouveaux défis, nouveaux produits, nouvelles expériences. Chacun est impliqué dans ce sens. Tout individu n’étant pas impliqué dans ce processus appauvrit la société toute entière, ou est mal exploité. Chaque manager peut également être valorisé dans sa capacité à faire évoluer les talents de son équipe. L’enjeu étant de valoriser à travers le bilan du manager, autant l’évaluation des talents de l’équipe que sa performance globale.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s